Imagerie

De quoi s’agit-il ?

Cet appareil permet de faire des images en coupe du corps humain. Les renseignements apportés par cet examen sont très souvent déterminants pour porter un diagnostic précis.

Le scanner utilise des rayons X. En matière d’irradiation des patients, rien n’a pu être démontré dans ce domaine compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises pour limiter au strict minimum la zone examinée. Toutefois, des précautions concernant les femmes enceintes doivent être prises systématiquement. C’est pourquoi il est important de signaler si vous pouvez être dans ce cas.

Le scanner est particulièrement adapté aux explorations cardiologiques et vasculaires.

Nous effectuons tous les examens de base, mais également des scanners coronaires et cardiaques, à la fois chez l’adulte et l’enfant. En pathologie thoracique, outre les examens diagnostiques, les radiologues réalisent des biopsies sous contrôle scanographique, les patients étant pris en charge de manière ambulatoire en hôpital de jour.

Le déroulement de l’examen

Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d’examen ; nous pourrons communiquer avec vous grâce à un micro. L’équipe se trouve tout près de vous, derrière une vitre. Elle vous voit et vous entend, pendant tout l’examen. Si cela était nécessaire, elle peut intervenir à tout instant.

Selon la zone étudiée, vos bras seront le long du corps ou derrière la tête. L’examen est généralement rapide. Votre coopération est importante : vous devez essayer de rester immobile ; dans certains cas, nous vous dirons, à l’aide du micro, quand arrêter de respirer pour quelques secondes.

Vous resterez en moyenne 15 minutes dans la salle du scanner.

Certains examens nécessitent, selon les cas, une injection intraveineuse, le plus souvent au pli du coude, de boire une boisson ou d’avoir un lavement.

Quels produits utilise-t-on et que ressentirez-vous ?

Des produits à base d’iode, opaques aux rayons X, seront utilisés. Le type de ces produits et leurs modalités d’administration seront adaptés à votre cas par le médecin radiologue. Ce choix dépendra notamment des informations sur votre état de santé que vous aurez données avant l’examen.

Vous ne ressentirez aucune douleur dans l’immense majorité des cas. Cependant, en cas d’injection intraveineuse, il n’est pas rare de ressentir une sensation de chaleur au moment de l’injection, ou encore un goût bizarre dans la bouche.

Résultats

Un premier commentaire pourra vous être donné juste après l’examen. Il ne s’agira là que d’une première approche, car les images doivent être ensuite analysées sur un ordinateur par le médecin radiologue. Le compte-rendu écrit sera disponible dans les meilleurs délais.

Nous joindre

Dr Philippe BRENOT, Directeur du Pôle d’Imagerie Thérapeutique et Interventionnelle

Mme Christine LEFEBVRE, cadre infirmier : 01 40 94 86 15

Secrétariat : 01 40 94 86 25  /  01 40 94 86 26

Fax : 01 40 94 86 28

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est une modalité qui use des caractéristiques magnétiques d’un aimant, c’est un examen non irradiant. Notre IRM nouvelle génération est dotée d’un tunnel large de 70cm de diamètre ouvert à chaque extrémité. Ce dernier est éclairé et ventilé afin d’offrir un confort optimal.

Les zones d’explorations assurées au sein de notre service sont diverses, cardio-vasculaire mais aussi ostéo-articulaire, neurologique, abdominale et pelvienne ainsi que thoracique.

De part la spécificité de la machine qui repose sur un champ magnétique puissant, il existe un certain nombre de contre-indications absolues et relatives. A votre arrivée dans notre service, il vous sera fourni un questionnaire qui nous permettra de garantir votre sécurité.

Seront strictement interdits à l’IRM :

  • Une pile cardiaque, pacemaker ou stimulateur cardiaque,
  • Les éclats métalliques dans les yeux,
  • Certains neurostimulateurs, les valves de dérivation ventriculaire, valves cardiaques,
  • Une pompe implantable,
  • Les implants cochléaires,
  • Certains coils, stents.

Sera également demandé si :

  • Vous êtes claustrophobe.
  • Vous êtes enceinte notamment dans le premier trimestre.
  • Vous allaitez votre enfant, l’injection d’un produit de contraste nécessite d’arrêter l’allaitement pendant les 24h suivant l’examen, prévoir une réserve de lait le temps nécessaire.
  • Vous êtes insuffisant rénal.

Comment se déroule l’examen ?

  • En cabine, vous vous déshabillerez en t-shirt, slip et chaussettes, une casaque à usage unique vous sera fourni pour vous couvrir, vous enlèverez l’ensemble de vos bijoux ainsi que les appareils dentaires ou auditifs.
  • L’examen se déroule en position allongée, vous disposerez d’un casque diffusant de la musique pour vous affranchir du bruit généré par l’IRM et d’une poire dans la main en cas de problème qui vous permettra de prévenir l’équipe médicale si besoin.
  • Votre immobilité est indispensable pour une bonne qualité d’imagerie.
  • L’examen dure 10 à 30 minutes en fonction de la nature de la région à explorer.
  • Une injection de produit de contraste (chélate de gadolinium) peut être nécessaire le cas échéant.

Une fois l’examen réalisé, vous serez reçu par le radiologue en charge de la vacation. Les résultats de votre examen vous seront remis sur support papier et CD.

Nous joindre

Dr Philippe BRENOT, Directeur du Pôle d’Imagerie Thérapeutique et Interventionnelle

Mme Christine LEFEBVRE, cadre infirmier : 01 40 94 86 15

Mr Sébastien MONNOT, responsable manipulateur en électroradiologie médicale : 01 40 94 25 87 82

Secrétariat : 01 40 94 87 80  /  01 40 94 87 82

Fax : 01 40 94 87 81

Lors de la prise de rendez-vous, le service où sera réalisé l’examen vous indiquera la marche à suivre qui dépend de l’organe exploré.

Il est important que vous veniez avec vos examens antérieurs ainsi qu’avec la liste écrite des médicaments que vous prenez.

Pour vous aider dans la préparation à ce type d’examen, l’équipe du service de médecine nucléaire vous propose de consulter les fiches d’information relatives aux scintigraphies, à la Tomographie par Emission de Positons (TEP) et à l’épreuve d’effort.

Qu’est-ce qu’un examen de Médecine Nucléaire ?

Il s’agit d’un examen d’imagerie médicale réalisé après administration, le plus souvent par injection, parfois par ingestion ou inhalation, d’une très faible quantité d’un produit radioactif appelé radiopharmaceutique.

Le radiopharmaceutique utilisé a la propriété de se fixer sur l’organe ou le tissu que l’on souhaite explorer, son émission de rayonnements va permettre la réalisation d’images de la captation du produit grâce à l’usage de caméras à scintillations. Des fiches d’information concernant chaque produit radioactif utilisé sont à votre disposition sur simple demande.

Préparation et durée de l’examen ?

La plupart des examens ne demandent pas de préparation particulière. Pour certains examens cardiaques, rénaux, gastriques, thyroïdiens ou TEP, il est important de signaler les traitements en cours et l’existence éventuelle d’un diabète, lors de la prise du rendez-vous.  Les examens se passent souvent en plusieurs phases, la durée totale de l’examen varie de trente minutes à quelques heures.

Risques éventuels et dose d’irradiation ?

La quantité pondérale du produit administré est extrêmement faible, il n’existe pas de toxicité, les réactions allergiques sont très exceptionnelles. Pour certains examens, on utilise un produit dérivé d’albumine humaine chauffée. Un risque théorique de transmission d’agents infectieux existe, mais aucun cas n’a jamais été rapporté parmi des centaines de milliers d’examens réalisés. Une trace de votre examen sera conservée et archivée pendant 40 ans.

La radioactivité administrée est aussi faible que possible, elle dépend du type d’examen, elle disparaît par décroissance radioactive et par élimination, le plus souvent urinaire, en quelques heures à quelques jours. La dose d’irradiation délivrée à l’organisme est habituellement très basse, elle peut atteindre, pour les examens les plus irradiants, celle reçue au cours d’un examen scanographique du thorax ou de l’abdomen ou correspondre à l’irradiation reçue pendant quelques années d’irradiation naturelle (soleil, radioactivité du sol) ou radioactivité naturellement présente dans l’organisme. Le risque de cancer induit par une irradiation aussi faible n’a jamais été démontré.

Grossesse, retard de règles et allaitement ?

Les examens sont habituellement réalisés en l’absence de risque de grossesse. Si vous êtes enceinte ou si vous avez un retard de règles, signalez le sans tarder. En cas d’allaitement, celui-ci devra être interrompu pour une durée dépendant du produit utilisé.

Après l’examen ?

Le médecin vous informera des résultats de l’examen, des précautions éventuelles à prendre vis-à-vis de vos proches durant les heures suivant l’examen. Il transmettra à votre médecin le compte-rendu de l’examen et ses conclusions.

La radioactivité s’éliminant dans les urines, des consignes d’hygiène sont à respecter pour une durée qui vous sera précisée. Tirer deux fois la chasse d’eau, essuyer toutes projections, se laver les mains.

Si vous devez être hospitalisé dans les jours qui suivent, signalez au service d’hospitalisation que vous avez eu un examen scintigraphique.

Certains lieux comportent des détecteurs de radioactivité (aéroports, certains postes frontières…) que vous pouvez déclencher parfois plusieurs jours après l’examen. Un certificat indiquant l’élément radioactif qui vous a été administré peut vous être fourni sur demande.

Nous joindre

Dr Laurence MABILLE, Chef du service de Médecine Nucléaire

Mme Caroline RAPHET, cadre manipulateur en électroradiologie et Personne Compétente en Radioprotection : 01 40 94 25 43

Secrétariat : 01 40 94 24 15  /  01 40 94 86 39

Fax : 01 40 94 24 16 / 01 40 94 86 38

Retrouvez ici toutes les notices explicatives

Rédaction: Société française de médecine nucléaire et d’imagerie moléculaire(SFMN), Association française des techniciens en médecine nucléaire(AFTMN), Société française des physiciens médicaux(SFPM).