chirurgie pleuropulmonaire

L’activité de chirurgie pleuropulmonaire inclut certes la chirurgie pleuropulmonaire conventionnelle (exérèses pulmonaires, chirurgie de la plèvre etc.). Mais est en fait, de plus en plus orientée vers les interventions chirurgicales complexes ou originales pour cancer du poumon mises au point à Marie Lannelongue.

Chirurgie d’exérèse des tumeurs broncho-pulmonaires envahissant la bifurcation trachéo-bronchique, la veine cave supérieure, l’aorte thoracique la paroi thoracique ou l’apex pleuropulmonaire faites quelquefois sous CEC qui sont adressés de toute la France et de l’étranger.

Cette chirurgie des cancers bronchiques est en pleine expansion car le cancer bronchique est le seul cancer augmentant en fréquence et parce que la chimiothérapie loin de restreindre les indications chirurgicales, au contraire les augmente, en rendant opérables des cancers initialement inopérables. D’autre part le développement de l’imagerie moderne permet de détecter précocement les cancers bronchiques dans les populations à risque en augmentant les indications chirurgicales

Les résultats à long terme de ces chirurgies élargies des cancers broncho-pulmonaires appelés T4 ont été présentés en séance plénière au congrès mondial sur le cancer bronchique à Seoul en septembre 2007 et à l’American Society of Thoracic Surgeons en janvier 2008 et publiés dans Annals of Thoracic Surgery en 2008.

Les métastases pulmonaires de cancers digestifs, génitaux, de sarcomes osseux ou des parties molles etc, sont de plus en plus souvent proposées au chirurgien pour exérèse dans le cadre de protocoles multidisciplinaires.

Chirurgie des séquelles tuberculeuses ou chirurgie de l’aspergillose pulmonaire qui pose encore des problèmes complexes faisant en sorte que ces malades nous sont habituellement envoyés de différents CHU ou CHR français, car peu d’équipes ont l’expérience de ce type de chirurgie.

Chirurgie plastique trachéo-bronchique qu’il s’agisse de résection anastomose bronchique de tumeur lobaire, de cure de fistule bronchique après exérèse pulmonaire ou de chirurgie de reconstruction de la bifurcation trachéo-bronchique. Le développement de ces techniques a fait significativement diminuer le nombre de pneumonectomies au profit des lobectomies élargies avec réimplantation bronchique et vasculaire sur le médiastin. Nous avons présenté au congrès de l’AATS en avril 2005 la plus grande série mondiale de résection de la bifurcation trachéobronchique pour carcinome et à celui de 2006 la plus grande série de résection-reconstruction de l’axe bronchique après lobectomie.